ONLY IN FRENCH

(Québec) À sa troisième année d’existence, le Centre de congrès et d’expositions de Lévis (CCEL) poursuit sa croissance à un rythme soutenu. Cette année encore, son chiffre d’affaires devrait croître d’au moins 15 %.

Jean Pascal Lavoie
Le Soleil
Photo : Le Soleil, Patrice Laroche

(Québec) À sa troisième année d’existence, le Centre de congrès et d’expositions de Lévis (CCEL) poursuit sa croissance à un rythme soutenu. Cette année encore, son chiffre d’affaires devrait croître d’au moins 15 %.

«La progression du centre répond à nos attentes», indique Michel Douville, directeur du CCEL. «Comme notre marché principal est provincial et que le Québec a été relativement épargné par la crise économique, nous avons continué de croître.»

Le succès du centre s’explique d’abord par le fait que sa construction répondait à un besoin des organisations de Lévis même. Ensuite, explique M. Douville, son emplacement par rapport aux régions du Bas-Saint-Laurent, de la Beauce et de Montréal en fait un lieu de rencontre tout désigné pour les événements attirants des participants des quatre coins de la province. «De plus, il y a beaucoup de gens qui préfèrent assister à un événement en périphérie des grands centres, pour en éviter les désagréments. Je crois qu’à Lévis, nous offrons le meilleur des deux mondes. Nous sommes hors d’un grand centre, très facile d’accès, mais très près de Québec en même temps. Le traversier n’est qu’à cinq minutes du Centre de congrès.»

Marché national lucratif

Déjà très présent sur les marchés local, régional et provincial, le CCEL commence à défricher le marché national, où les retombées économiques sont les plus appréciables. «Au cours de notre deuxième année, nous avons accueilli trois fois plus de congrès de séjour, affirme M. Douville. Sur 400 événements, 150 comprenaient l’hébergement.

Le Centre de congrès et d’expositions de Lévis symbolise autant le dynamisme qui anime Lévis depuis quelques années qu’il contribue à l’alimenter. D’abord en tant que générateur d’activité économique, ensuite comme vitrine du potentiel de Lévis.

«Nous faisons découvrir Lévis aux visiteurs, explique M. Douville. Les gens d’affaires et les entrepreneurs prennent conscience, en venant ici, du potentiel d’affaires de la ville. Et le développement du quartier Miscéo autour du Centre – avec la venue du marché public, des commerces, des condos, des restaurants – va rendre la situation encore plus intéressante et attrayante pour les congressistes et les gens d’affaires.»